Arcade (Part 2)

Karkinge

il y a 2 ans


Nous somme en 1991, et l'arcade affronte sa première crise. Taquinée sur son propre terrain par les consoles de salon dont la puissance augmente, et étouffée par des clones de jeux a succès. Heureusement, grâce a son Street Fighter II, Capcom invente et popularise le genre du versus fighting et redonne aux joueurs une raison de se déplacer en salle.


Versus Fighting : Le renouveau de l'arcade

Le concept du versus fighting fait tout de suite mouche : jusque là les affrontements entre joueurs se réglaient de manière asymétrique, a grand coups de hi-scores et par pseudos de joueurs a trois lettres interposés.
Le versus bouleverse tout cela : d'un seul coup, l'affrontement devient direct, viscéral. Vous combattez au coude a coude avec avec votre adversaire, les matches sont rapides, intenses et spectaculaires. Cette nouvelle façon de jouer redynamise rapidement le secteur : d'un coté en attirant de nouveau les joueurs et en prouvant la supériorité de l'arcade vis a vis des consoles de salon, de l'autre en redonnant confiance a l'industrie qui va alors s'inspirer des mécaniques de versus fighting pour créer de nouvelles licences.

Le ton est donné, les joueurs veulent du spectacle et seront servis : en 3 ans a peine on assiste a la naissance de la plupart des grosses licences de versus. Mortal Kombat, Virtua Fighter, Killer Instinct , Tekken, chaque studio décline la recette en y ajoutant des nouveautés de son cru tel les éléments gores et les sprite filmés chez Midway, ou la 3D polygonale pour Sega et Namco. La companie SNK sortira également de son côté les Fatal Fury et King Of Fighters qui se poseront comme de véritables concurrents face a la série de Capcom.

versusgames


Mais ce regain de créativité ne se limite pas qu'au versus fighting, et cette période voit également naitre les licences comme Metal Slug, les shoot-em-up de Cave (DoDonPachi) ou les premières versions du jeu de danse Dance Dance Revolution. Cette décennie voit en fait sortir tellement de titres de grande qualité qu'il serait impossible de tous les citer ici. Soyez rassuré toutefois une bonne partie d'entre eux seront chroniqués dans des articles qui leur seront dédiés ( comme par exemple cet incroyable article sur le non moins incroyable "Cadillacs & Dinosaurs") !

La "Fin" de l'Arcade

Mais tout n'est pas rose au pays de l'arcade : guettant dans l'ombre, les consoles continuent leur montée en puissance. A peine six mois après la sortie de "Street II", la Super NES roule des mécaniques en affichant son fameux Mode7. Aidée par les titres comme F-Zero ou PilotWings, la communication de Nintendo fait mouche et pour les joueurs l’expérience de l'arcade a la maison semble enfin a portée de main.

gradius

Et pour cause : poussés par les constructeurs, les développeurs font des pieds et des mains pour adapter les gros titres d'arcade sur console. N'hésitant pas a débiter les jeux a la hache pour en faire des versions allégées, les équipes produisent ainsi des versions consoles de Final Fight (privée de son mode deux joueurs !), de jeux de shoots comme Gradius ou R-Type, ou encore de... Street 2, encore lui, qui fera vendre a lui seul des centaines de palette de Super NES.

Même si ces version "dégradées" ne tiennent dans certains cas pas la route comparées aux originales, il est a l'époque compliqué de faire le parallèle avec les version originales. En l'absence de comparaison, les consoles deviennent par leur popularité le nouveau standard et les bénéfices engrangés poussent les éditeur a suivre.

Dès lors, le destin de l'arcade sera une lente mais constante dégringolade dans l'oubli. Les salles d'arcade, faute de rentabilité et de fréquentation, fermeront peu a peu leur porte. Les éditeurs historiques eux même n'adapteront des titres pour l'arcade qu'au compte goutte, préférant se concentrer sur un marché des consoles qui génère un volume de ventes de plus en plus conséquent. Les exclusivités arcade se font rare, avant de disparaitre.

sf5

A la fin de l'année 2015, une nouvelle donnera le coup de grâce a l'arcade telle que nous la connaissions : le tout nouveau Street Fighter 5 de Capcom, fleuron d'un marché de l'E-Sport en plein boom, ne sortira pas en version arcade.
Le titre tourne le dos au support qui l'a vu naitre, et avec lui l'un des derniers grands éditeurs a produire des jeux sur ce support.


Si l'arcade a été déclarée morte a maintes reprises, cela n'a donc jamais semblé aussi vrai qu'en 2016.
Mais est-ce réellement le cas ?

La mutation du Jeu Vidéo

Car si le support a été peu a peu abandonné, du fait de la concurrence des consoles de salon et du jeu en ligne, les années ont aussi vu une évolution des joueurs eux mêmes et l’émergence de nouvelles approches du jeu vidéo.

newplayers

La dernière décennie a ainsi vu naitre le superplay ou le speedrun, pratiques qui semblent taillées sur mesure pour l'arcade et son angle d'approche "scoring" du jeu. Le boom du rétrogaming et de l'eSport, et sa médiatisation, aident aussi a faire du jeu vidéo un média a part entière et a le départir de l'image de jouet qui lui a collé a la peau pendant longtemps.
Ce faisant, on contribue a faire du jeu une part importante de notre patrimoine culturel, et on commence enfin a dédramatiser son utilisation et a le considérer comme un loisir normal. Mieux : au même titre que le cinéma ou la musique, le jeu vidéo commence a être analysé et débattu comme toute autre forme d'Art.

Quel rapport avec l'arcade, me direz-vous? Et bien souvenez vous : les salles d'arcades des années 80-90 trainaient une image pas très reluisante de lieux sombre et glauques ou les loubards trainaient, la cigarette au bec. Les salles coutaient de l'argent, les salles n'étaient pas implantées partout. Les salles avaient du mal a se tenir a jour. Autant de facteurs qui ont contribué a sa perte.
En se débarrassant de cette image, et en adressant ces autres problèmes grâce aux technologies actuelles, ne serait-il pas possible de rendre a l'arcade ses lettres de noblesse ? Et de promouvoir un "nouveau visage" de l'arcade ?

Car si les industriels et les fabricants se sont détournés du support, ce sont aujourd'hui les consommateurs qui ont pris le relais. Par divers biais, un certain nombre d'associations et de particuliers continuent de faire vivre l'arcade, avec un succès certain.
Un retour de l'arcade serait donc possible ? Et bien certaines personnes le croient, et travaillent dur pour faire revenir l'arcade dans vos vies. Au bureau, dans les évènements publics... jusque dans vos salons !


A suivre : Partie 3 - Les acteurs de l'Arcade contemporaine


Si vous avez apprécié ce contenu, pensez a nous suivre sur notre page Facebook pour être tenus au courant de nos nouvelles publications et vidéos !